La société d'information du 3e millénaire

 

Comment la société va-t-elle changer dans son utilisation des systèmes d'information ces prochains siècles ?

Que sera l'impact social et comment l'humanité peut elle s'y préparer ?

Ce sont d'épineuses questions pour les industries, aussi bien que pour toute personne dont l'environnement de travail et les compétences subissent une continuelle adaptation.

 
 

 Une société virtuelle et une culture de travail
En 1998, ISCN commença un ambitieux projet en coopération avec Hyperwave, une entreprise de management de système d'information qui remporta en 1997 le prix européen d'internet, soutenu par la Commission Européenne.

Ce projet développa un office virtuel, à la racine de serveurs hyperwave. Il permet à des groupes éloignés de travailler sur des projets développés conjointement, comme s'ils travaillaient dans le même immeuble.

Ceci a été testé sur des distances supérieures à 1000 km et propose un office virtuel à travers un serveur Internet commun avec une equipe d'aministration de projet, des flux de travail, des facilités de communication, des procedures de sécurité et un contrôle de qualité.

Actuellement le système est testé par d'importantes entreprises allemande et scandinave et un premier lancement dans l' industrie est prévu pour début 1999.

Grâce à de telles technologies une coopération au delà des frontières et des limites est dorénavant possible et ce, particulièrement au sein de l'Union Europénne où la mobilité est un élément clé tout comme la technologie peut le devenir.

Mobilité signifiait, par le passé, énormes frais de voyage mais les offices virtuels vont permettre une mobilité avec des frais de déplacement largement réduits.

D'ambitieuses idées seraient de connecter les différentes régions européennes ou encore, par exemple, de construire un pont virtuel entre les Etats-Unis, l'Europe et l'Inde.

 

 

Technologies pour les non-techniciens
En regardant dans le passé, il semble que la société se développe avec 10% de spécialistes et 90 % d'utilisateurs qui, en tant que non-techniciens, on constamment à s'adapter d'eux-mêmes aux développements technocrates. Pour tester une autre option quelques consortia d'ISCN (des sous-groupes partageant les budgets pour la répartition des coûts d'investissement) ont dessiné un nouveau modèle de développement appelé "development by configuration" (développement par configuration).

L'interface de l'utilisateur peut facilement être configurée, depuis un ensemble d'objets et de données prêts à l'emploi , sans le moindre changement de ligne de code. Des systèmes si aisement configurables permettent aux non-techniciens de devenir méta-programmeurs : ils n'ont ainsi pas besoin de coder mais ont juste à configurer pour obtenir leur système.
 
Le système de l'office virtuel décrit ci-dessus, par exemple, a été développé avec ce genre d'approche et sans code figé, le système peut être adapté aux interfaces et données des différents utilisateurs.

Cette manière de travailler génère un plus grand effort de design pour les 10% de spécialistes mais, à la longue, cela va faire des 90% d'utilisateurs un genre de programmeurs et va ainsi permettre, au sein de la société, un accueil plus favorable aux solutions techniques  et ce, pas uniquement dans les groupes spécialisés.

 

 

Une université virtuelle
Actuellement, les systèmes d'éducation éuropéens ne sont pas comparables. Il y a des demandes de niveaux différentes, différentes méthodes d'apprentissage, différents titres et les chances pour l'éducation ne sont toujours pas équitables dans nos sociétés.

L'université de l'an 3000 aura un air différent. Il y a un projet pilote pour la structure du cinquième programme qui travaille sur une université virtuelle qui permettrait à tout le monde (pas seulement aux riches ou à ceux qui peuvent se permettre d'envoyer leurs enfants à l'université à quelques centaines de kilomètres du foyer familial) de se présenter aux tests de connaissance, aux examens, aux cours et de recevoir des conseils en-ligne pour leur scolarité .

Il est prévu que ce système soit également complètement adaptable et configurable avec différents tests, critères de capacité, voies d'apprentissage, leçons et conseils proviendront d'un système électronique configuré avec les bonnes informations.

 
 

Une projection dans le futur
A l'heure actuelle, des chercheurs aux Etats-Unis analysent le comportement des photons (non bornés aux limites de la vitesse de la lumière) et ont découvert que chaque photon a un frère photon avec une direction inverse.

Et, si vous changez la direction de la soeur, le frère change de direction immédiatement, même au-delà  des années lumière.

Maintenant, imaginez que cette relation soit utilisée dans la construction d'entrepôts connectés au-delà des années lumière qui soient mis à jour immédiatement si l'entrepôt du frère l'est.

En utilisant uniquement cette technologie (l'office virtuel et l'université) cette recherche peut mener les forces de travail et les universités en avant des années lumière.
 
 

L'auteur : Dr Richard Messnarz
Dr Richard Messnarz est le directeur technique d'ISCN, le coordinateur technique de l'initiative PICO (Process Improvement Combined apprOach), le coordinateur du groupe d'ingeenering en matière de logiciel à travers le projet pilote de l'université virtuelle et l'éditeur de l'ouvrage publié par IEEE "Better software practice & business benefit" (printemps 1999 ou fin 1998).